Vous recherchez ?

Nos actualités
dédiées aux comités d'entreprise

FOCUS : 3 questions à Vincent Monade, Président du Centre National du Livre

05 juillet 2016

« La lecture est essentielle à la construction de l'individu » 

Partir en Livre a pour vocation de promouvoir la lecture auprès des jeunes. Le CNL nourrit-il des inquiétudes quant à l'intérêt du jeune public pour le livre ? 

Partir en Livre est avant tout une fête du livre. L'objectif premier de la manifestation est de promouvoir auprès de tous les jeunes la lecture « plaisir » qui ne relève pas des mêmes ressorts que la lecture « obligée », imposée dans le cadre scolaire. C'est la raison pour laquelle nous avons choisi d'organiser l'événement en plein été, période de détente et de loisirs, en allant à la rencontre des jeunes là où ils se trouvent, que ce soit sur leur lieu de vacances ou dans leur commune pour ceux qui ne partent pas. L'enquête que nous avons réalisée (consultable sur www.centrenationaldulivre.fr) à la veille de cette deuxième édition avec l'institut Ipsos est assez encourageante. Elle montre clairement que les jeunes sont attachés à la lecture. Une très large majorité d'entre eux (71 %) estiment qu'il est important de lire et ils sont tout autant à affirmer aimer lire dans leurs loisirs. 

Mais la lecture n'est-elle pas concurrencée aujourd'hui, chez les jeunes, par d'autres activités, notamment par la suprématie des écrans ? 

Chaque génération a tendance à porter un regard critique sur celle qui suit et à la soupçonner de décadence ! C'était déjà le cas à l'époque de Sénèque. Non, la lecture n'est pas directement menacée. On peut se féliciter à l'idée que 78 % des jeunes lisent des livres par goût personnel, sachant que cette proportion est de 90 % pour les 7-11 ans. Cela étant, notre enquête confirme, effectivement, que la lecture est concurrencée chez les jeunes. Elle n'arrive qu'en 7e position des activités les plus pratiquées hebdomadairement. Dans le cadre de leurs loisirs, ils déclarent lui consacrer en moyenne 3 h par semaine, alors qu'ils passent 8 h sur Internet, 7 h 30 devant la télévision et plus de 6 h sur leur smartphone… Il faut donc rester vigilant. Au CNL, cela nous conforte dans notre volonté de mobiliser tous les acteurs, et notamment les Comités d'entreprise, pour promouvoir le livre et la lecture dont nous considérons qu'ils demeurent essentiels à la découverte et à la compréhension du monde et, au final, à la construction de l'individu. 

Y-a-t-il chez les jeunes, une véritable opposition entre le livre traditionnel et le livre numérique ? 

Je pense qu'il ne faut pas poser la question en ces termes. Certes, les jeunes sont plus à même de lire sur tablettes ou liseuses, vu qu'ils sont nés dans un univers numérique. 63 % déclarent aimer ce type de lecture mais leur enthousiasme reste modéré : ils ne sont que 15 % à déclarer « adorer » le support numérique. Dans tous les cas, on voit bien que rien ne vaut le livre papier chez les tout-petits : ils s'en emparent, le manipulent, jouent avec... Quel que soit le support, ce qui est important, avant tout, c'est que les jeunes lisent. Alors, qu'on leur mette entre les mains un livre, un album de BD, un manga, une tablette ou une liseuse, peu importe, du moment qu'ils lisent ! Si demain, le marché du livre numérique doit se développer, je suis convaincu que les deux formats continueront à co-exister pendant de très nombreuses années. Le premier frein à la lecture, ce sont bien les inégalités sociales et culturelles. S'il faut en pointer d'autres, j'évoquerais à nouveau la concurrence des autres loisirs, mais pas le livre numérique.

Base de connaissance

18/05/2016

FOCUS ILLETTRISME : Interview de M. Hervé Fernandez, Directeur de l'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme

« Lutter contre l'illettrisme, c'est d'abord le rendre visible » 

Créée en 2000, l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) a déployé son réseau sur tout...

Recevoir la newsletter

Les solutions pour les Comités d'entreprise